« Jeux de clowns » et « jeux de maux »

jeux-de-clowns-et-jeux-de-maux

© Jean-David Nkot

“Jeux de clowns”
Galerie Carole Kvasnevski
du 23 novembre 2018 au 15 février 2019
Vernissage jeudi 22 novembre à partir de 19h15
39 rue dautancourt, 75017 Paris
www.galeriecarolekvasnevski.com

“Jeux de maux”
Cité internationale des arts
du 18 décembre 2018 au 13 janvier 2019
Vernissage lundi 17 décembre à partir de 18h30
18 rue de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris
www.citedesartsparis.fr

« Jeux de clowns » et « jeux de maux », premières expositions de Jean David Nkot à Paris

L’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy est heureuse d’annoncer une double exposition de Jean David Nkot, artiste camerounais actuellement en résidence à la Cité internationale des arts et à l’ENSAPC dans le cadre du programme de résidences de l’Institut Français.

Né à Douala (Cameroun) où il vit et travaille, Jean David Nkot revendique placer la condition humaine au centre de ses questionnements. Son travail porte sur l’impact de la violence,  l’immigration, les liens entre le corps et l’espace dans un contexte socio-culturel déchiré par le silence et la terreur, ainsi que sur la mémoire. L’artiste souhaite inviter la société à s’affranchir des actions déshumanisantes, en proposant à celles-ci un espace de réflexion et de dialogue sur les réalités quotidiennes. La carte, corps, le visage, les trajets/circuits, code d’arme et les objets du quotidien présent dans mon travail devient des métaphores pour parler de l’état d’une société fragilisé par l’effroi et le désir de contrôler l’autre.

À la Galerie Carole Kvasnevski, l’exposition “Jeux de clowns” rassemble vingt portraits de dirigeants politiques que Jean David Nkot a affublés d’un nez rouge qui contraste avec les poses très officielles adoptées par les dirigeants. Ainsi l’artiste matérialise dans l’espace de monstration la distance installée entre les décisionnaires et leurs sujets, ces humains qui pourtant habitent et font vivre les nations dirigées.

Interpellé par l’indifférence et la passivité de la communauté internationale et des gouvernements sur la situation des victimes et les violences dans le monde, en particulier en Afrique, Jean David Nkot structure sa démarche artistique et plastique autour des mots. Dans l’exposition “Jeux de maux” présentée à la Cité internationale des arts, il questionne ces « mots » et les met en contradiction avec les « maux » des Hommes.
Son travail rappelle que toute forme de résilience passe par l’écrit. Jean David Nkot utilise ainsi les techniques d’imprimerie et la répétition de tampons en pochoir qu’il détourne et qui, malgré eux, deviennent par leur succession infinie l’écho des armes. Par l’emploi du timbre postal, de l’enveloppe, de la carte postale ou de carte routière grand-format, Jean David Nkot détourne également la notion de voyage, celui-ci est désormais sans retour.

Jean David Nkot a été un des artistes participants au programme postgraduate “Moving Frontiers – Do and undo / Faire et défaire” initié par Sylvie Blocher et Antoine Idier à l’ENSAPC en partenariat avec le Festival international d’art public SUD2017 et le centre d’art doual’art (Cameroun).

Capture d’écran 2018-11-22 à 17.22.38