Recherche

ONS. Un modèle pour des collaborations possibles entre art et science est une publication de l’ENSAPC

parue en 2014
Cet ouvrage collectif dirigé par Michel Paysant et Corinne Le Neün, et préfacé par Jacques Bouveresse, est le fruit d’un programme de recherche mené sur trois ans à l’école d’arts sous la responsabilité de deux enseignants de l’école, Anne Pontet et Jacques-Émile Bertrand. L’ouvrage peut être commandé par le bon de commande ci-joint (prix de vente 15 euros).

« Comment penser une rencontre art et science ? Ce sont deux approches différentes de la vérité : l’œuvre d’art est un « bloc de sensations », la science propose des solutions, fournit des hypothèses explicatives au monde des perceptions. Le physicien Jean-Marc Lévy- Leblond suggère qu’art et science se retrouvent lors de « brèves rencontres », mais ne peuvent s’unir tant le fossé entre ces disciplines semble s’être creusé. Ces rencontres sont des événements à analyser plus en détails ; elles nécessitent en outre un « entretien infini », le soin que l’on prend pour conserver les choses et la conversation, selon l’expression de Maurice Blanchot.

Ces questionnements ont été explorés dans un programme de recherche mené à l’ENSAPC et dont ONS, pour « Objet non standard », est le fruit. « Non-standard » comme l’opposé d’un modèle d’excellence ; « objet » pour sa dimension matérielle et, surtout, dans le sens qu’on lui connaît dans le domaine du droit – c’est-à-dire une des conditions pour la formation d’un contrat.

Car le but d’une telle plate-forme est bien d’imaginer et d’établir de nouveaux contrats ou de nouvelles conventions souples entre étudiants et chercheurs, artistes et scientifiques. Comme le montre cet ouvrage qui mêle productions théoriques et plastiques, penser la recherche et, en parallèle, ses modes et ses codes de représentation, sa visibilité, force l’ensemble des artistes-chercheurs à changer leurs habitudes de travail, et permet d’expérimenter d’autres comportements et d’autres territoires « non- standards ». Dans le même temps, le processus permet, en travaillant l’union, de tenter de penser la différence entre un corps banal et un corps de vérité et, en s’appuyant sur la notion d’objet-frontière, de chercher à mettre en œuvre un processus collaboratif où les deux disciplines puissent trouver chacune leur chemin de vérité. »

pdf-ensapc-2

Bon de commande ONS

pdf-ensapc-2

Table des matières

pdf-ensapc-2

Présentation ONS

Îles de France et d’ailleurs

Exposition présentée aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) du 12 au 26 mars 2016, « Îles de France et d’ailleurs » donne à voir et à entendre le parcours de migrants retraités qui ont participé à la construction de l’identité de l’Île-de-France pendant les Trente Glorieuses. Retraçant des parcours de vies sur les cinquante dernières années, elle rend visible des invisibles, marginalisés voire exclus des récits dominants.

Ce projet est le fruit d’un ARC (Atelier recherche création) encadré par Carole Benzaken et Sylvie Blocher, artistes et enseignantes à l’ENSAPC, et conçu en partenariat avec l’ASSFAM, l’Association Service Social Familial Migrants, et les Archives nationales. De 2014 à 2016, neuf étudiantes de l’ENSAPC ont rencontré une vingtaine de migrants retraités, vivant aujourd’hui en région parisienne. Elles ont restitué ces rencontres par divers mediums (photo, vidéo, peinture, performance, etc.). À travers ces mémoires individuelles, elles ont contribué à l’écriture d’une mémoire collective.

À l’occasion de l’exposition, une édition a été publiée. Postfacée par Daniel Maximin, elle reprend les travaux des jeunes artistes et les récits de vie des migrants (192 pages, ISBN 978-2-9543880-2-1).

Avec : Abdallah, Ramdan Adek, Cherif Aït Addi, Wagul Camara, Ouerdia Chemakh, Monsieur Coulibaly, Makhan Diarra, Miloud El Masbah, Monsieur Georges, Madame Hul, Makiko, Martine Ly Foung, Isidore Nkunzumwami, Salvatore Porto, Monsieur Ramiro, Maria Saavedra, Hussain Safdar, Aïcha Sarfak, Monsieur Siby ;

et Alia Belgsir, Céline Drouin-Laroche, Maya Gering, Yuni Hong, Flora Moricet,
Karla Tobon-Pumarada, Fotima Sharipova, Zukhra Sharipova et Valérie Vial.

Avec le soutien des Archives nationales et de Médecins du Monde.

archives1
archives2
archives3