Pierre Ardouvin

Volume, Espace, Installation

«Le travail de Pierre Ardouvin est aussi évident visuellement qu’il est psychologiquement incer- tain. Simplicité matérielle exacerbée vs trouble psychique, suscitant dissonances, fractures des percepts aux affects. La lumière y est ténébreuse, la féérie glauque, le prosaïque magique, la fête sinistre. Partout, on assiste à une imperceptible mutation du clinquant vers le blafard, de l’étincelant vers l’aveuglant, de la préciosité vers la pacotille. Paradoxes ? Tensions, plutôt. Derrière ses gestes faussement humoristiques ou désinvoltes, Pierre Ardouvin développe une œuvre dure, raide, irréconciliée avec le monde. La clarté manifeste des dispositifs, qui ne cachent généralement rien de leur simplicité, fait preuve d’une brutale générosité, voire d’une empathie — quoique non enjouée — avec certains motifs et matières les plus ordinaires, voire les plus vulgaires de la société contemporaine…»

Guillaume Désanges.