Journée de présentation et d’accueil des doctorant·e·s

Journée de présentation et d’accueil des doctorant·e·s

Welcome day

At ENSAPC

Mercredi 20 octobre – 13H30-19h

Extrait de publicité Alsok, avec Saori Yoshida, 2011. Documentation pour l’œuvre « Exposure », Hanako Murakami (2021, CNAP). Recherche doctorale de Joan Ayrton, dialogue avec Hanako Murakami.

Programme : 

 

13H30 : accueil café

 

13H45 : Corinne Diserens, mot de bienvenue

 

13H50 : Annabela Tournon Zubieta, Introduction de la journée

 

 

14H-16H : Tour de table de présentation des nouveaux·elles doctorant·e·s

 

14H : Folakunle Oshun, « A curatorial and artistic approach to the architectural evolution of post-independence repurposed state buildings as contemporary art spaces across West Africa »

Doctorant à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de Cécile Doustaly, CY Cergy Paris Université, et N’goné Fall, architecte et commissaire d’exposition, inscrit en 2021.

A particular characteristic of the West-African sub-region lies not only in close cultural relationships, cutting across countries and ethnicities, but also in a shared postcolonial timeline of the parallel emergence of West African states as independent and sovereign entities. This doctoral research critically analyses the parallel political histories of West African countries in relation to the evolution of these post-independence architectural expressions of sovereignty – from their original construction as national edifices –, to their widespread adaptation as contemporary art spaces across the region.

 

14H15 : Louis Henderson, « La répétition infinie : le collectif comme cinéma anti-colonial »

Doctorant à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de Julie Amiot-Guillouet, CY Cergy Paris Université, et Marcella Lista, conservatrice en chef, directrice du service des nouveaux média, Centre Pompidou, inscrit en 2021.

Cette recherche par la pratique a pour objectif le développement de nouvelles formes de collaboration entre les artistes d’Europe et des Caraïbes. En se concentrant sur les méthodes collectives du cinéma et du théâtre, la recherche abordera des questions relatives à l’histoire coloniale, aux séquelles de l’esclavage, à l’identité, à la race, à la représentation et à l’éthique. En s’appuyant sur les travaux théoriques, théâtraux et poétiques d’Édouard Glissant, de Frankétienne et de Wilson Harris, cette recherche examinera comment ces trois écrivains ont abordé la “relecture en spirale » comme une technique littéraire susceptible de créer de nouvelles approches critiques des questions d’identité et d’histoire coloniale.

 

14H30 : Jacqueline Hoàng Nguyễn, « Visual Empire: Translations and Reproductions »

Doctorante à la KTH Royal Institute of Technology sous la direction de Helena Mattson, KTH Royal Institute of Technology, et la codirection de Cecilia Järdemar, Konstfack – University of Arts, Crafts and Design. En échange Erasmus avec L’ENSAPC pour l’année 2021-2022.

Jacqueline Hoàng Nguyễn takes an inherited family photo album as her foundational research material. It contains approximately five hundred photographs taken in Vietnam and dated between the mid-1910s to 1974. Departing from these biographical objects, she proposes a critical reflection on the friction between Vietnamese photographic practices at the margin and at the center of the French colonial empire. From a transnational approach, she anchors her research with the introduction of the technological apparatus by an indigène—rather than the commonly understood foreign-born colonial body—in 1869 in Indochina.

 

14H45 : Joan Ayrton, « “Le cycle des inquiétudes”. Géologie et psychédélisme, hypothèses sur un état de conscience du temps présent »

Doctorante à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de Jean-François Puff, CY Cergy Paris Université, et de Vincent Gérard, ENSAPC.

Joan Ayrton présentera dans le cadre de sa recherche doctorale autour de la géologie, du psychédélisme et des dérives environnementales les premiers éléments d’un dialogue initié avec Hanako Murakami, artiste franco-japonaise née à Tokyo en 1984. Hanako Murakami sonde les origines physiques et conceptuelles de la photographie avant l’existence du terme, au temps des toutes premières fixations de lumière sur des surfaces sensibles. Une pratique expérimentale et empirique mêlant chimie originelle et technologie contemporaine, de laquelle émerge une imagerie profondément minérale, cosmique, quasi atomique.

 

15h-16H : échanges

 

16H-16H15 : pause

 

16H15-17H : Akram Zaatari, « Beirut Exploded Views »

Projection du film Beirut Exploded Views (28 minutes, 2014), suivi d’un échange avec l’artiste.

Doctorant à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de François Pernot, CY Cergy Paris Université, de Bénédicte Savoy, Technische Universität Berlin, et d’Alejandra Riera, ENSAPC.

In a city post-apocalypse, young men try to turn urban leftovers into home. They can’t speak to each other, but communicate through smart devices and are still able to dream. It is the case with so many refugees in Lebanon. This film takes the mockup site in downtown Beirut as location, a site of a city broken up in fragments.

 

17H-17H30 : Nicola Lo Calzo, « Binidittu, l’homme invisible »: présentation du livre (éditions L’Artière, 2021).

Doctorant à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de Sylvie Brodziak, CY Cergy Paris Université, de Laurella Rinçon, Memorial ACTe, centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage, et de Corinne Diserens, ENSAPC.

La recherche de Nicola Lo Calzo porte sur les rapports entre photographie, mémoire et pouvoir. Il s’intéresse aux usages de la photographie pour appréhender les mémoires des groupes subalternes, notamment celles portées par les communautés afro-descendantes, dans des contextes souvent affectés par les inégalités sociales, la précarité et le racisme systémique. Depuis dix ans, il est engagé dans une recherche au long cours autour des mémoires de l’esclavage colonial et de ses résistances : le projet Cham.

 

17H30-18H : Louise Hervé, « Voyage télépathique »

Diffusion de la pièce sonore Voyage télépathique (8 minutes, 2021), suivie d’un échange avec l’artiste.

Doctorante à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de Chantal Lapeyre, CY Cergy Paris Université, et de Chloé Dechery, Université Paris 8.

« Il y a un siècle, Gabriel Tarde écrivait un Fragment d’histoire future. Il parlait de changement climatique, de la terre devenue inhabitable, du confinement généralisé de tous les êtres vivants. Les limites de l’art n’existaient plus, chaque action de la vie quotidienne était pensée en termes artistiques. Il y a deux siècles, Emma Hamilton affirmait sa subjectivité dans des performances qu’elle appelait attitudes. Par ses poses et transitions subtiles, elle devenait Sibylle, et permettait de toucher le passé, en évoquant le futur. »

 

18H-18H30 : Raphaël Faon, « D’un concept à l’autre : nouvelles perspectives théoriques au regard de la pratique »

Doctorant à la Graduate School Humanités, Création, Patrimoine, sous la direction de Geoffroy de Lagasnerie, ENSAPC, et de Sylvie Blocher, ENSAPC.

Cette intervention vise à mettre en perspective l’évolution de la thèse, en montrant comment certaines questions esthétiques ont pris forme à partir d’une pratique plasticienne de la photographie, et comment elles ont été amenées à subir un certain nombre de déplacements conceptuels, en accordant une attention particulière aux dispositifs contextuels qui transforment la valeur des images et des œuvres. L’enjeu est ainsi de retracer le parcours de la recherche en exposant quels en sont les développements théoriques et projets artistiques actuels.

 

18H30-19H : échanges avec les participant·e·s et clôture de la journée.