International

Postmasters

En 2017, deux appels à candidatures, destinés à de jeunes artistes et théoriciens, seront diffusés pour des postmasters internationaux.


Moving frontiers
Art by translation

Moving frontiers

Conçu comme une plateforme expérimentale de recherche mobile et ouverte, ce postmaster place en son coeur le problème des frontières. Les pratiques esthétiques, théoriques, et politiques sont façonnées et orientées par de multiples frontières, protéiformes, internes comme externes, implicites comme explicites, latentes ou patentes. Ces frontières se trouvent au cœur d’enjeux de pouvoirs, de définitions, de délimitations, de colonisations et d’identités. Elles peuvent constituer des instances normatives, créer et renforcer des rapports de force, de soumission, provoquer des effets sclérosants, voire des censures inconscientes. Elles tendent à assigner l’art et la théorie à des lieux spécifiques, à instaurer des clôtures entre les différents domaines artistiques, entre les disciplines, et ainsi à bloquer les imaginaires et l’expérimentation.

Le projet de Moving frontiers est de produire des imaginaires liés à d’autres pratiques esthétiques et théoriques. Mais aussi à éprouver pratiquement et théoriquement les frontières que nous rencontrons quotidiennement et avec lesquelles nous devons tous composer, à l’intérieur de nos pratiques, mais surtout entre nos pratiques. Des frontières qui, plus généralement, structurent notre rapport à l’espace, au temps, aux images, aux institutions, à la politique, aux territoires, au public, à nous-mêmes ? Comment penser leur historicité et leur contingence ? Mais surtout, comment s’en déprendre ? Et de quelles façons cette départition ouvre-t-elle la voie à l’invention d’autres manières de faire, d’autres manières de penser, et d’autres manières de thématiser la relation entre le faire et le penser ?

Ce programme de postmaster est mené en partenariat avec le centre d’art Doual’art et la triennale Salon urbain Douala – SUD 2017 (Cameroun).

Art by Translation

Conçu en partenariat avec l’École supérieure des Beaux-Arts TALM Tours-Angers-Le Man, « Art by translation » interroge la question de la traduction dans les arts. Conçu comme un troisième cycle, il se propose de travailler autour de plusieurs axes : les processus et les enjeux idéologiques de la traduction dans les arts ; les utilisations et fonctions des documents et de l’archive dans la pratique contemporaine ; l’algorithme comme principe d’organisation culturelle.

Programme itinérant, ce programme est
 dédié à la recherche et la production d’œuvres et d’expositions. Cette nouvelle plate-forme vise à développer des modèles alternatifs de pratiques d’histoire et de théorie des arts, de pratiques curatoriales et de production artistique dans un cadre international. Chacune de ses sessions de trois ans est consacrée à un thème de recherche spécifique et implique les étudiants et les professeurs-chercheurs de différentes disciplines (histoire de l’art et théorie de l’art, littérature comparée, pratiques artistique et curatoriales…). « Art by Translation » se déplace dans différents sites en Europe et en Amérique du Nord où sont développés des projets artistiques et curatoriaux en collaboration avec des musées locaux, des centres d’arts, des écoles d’art et des universités.