Ecole

Histoire

Créée en 1975 au cœur de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, l’ENSAPC participe à la rénovation de la pédagogie artistique en mettant en œuvre les notions essentielles de transversalité de l’enseignement et de dialogue entre les différents champs de la création.

L’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (ENSAPC) est créé en 1975 au cœur de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. Marquée par l’esprit pionnier de l’Université de Vincennes et des villes nouvelles, sa création accompagne la grande réforme de l’enseignement artistique de 1973 destinée à repenser une pédagogie alors très académique, disjointe de la réalité et du foisonnement artistique de l’époque.

C’est dans ce contexte qu’un petit groupe d’enseignant·e·s (dont certain·e·s sont issu·e·s de la mission chargée de la refonte de l’enseignement artistique), investissent un bâtiment récemment construit à proximité de la Préfecture de Cergy, pour concevoir et mettre en œuvre le projet de l’école. Elle est pensée comme un laboratoire, un lieu profondément ouvert sur ce monde changeant, où les dispositifs d’enseignement doivent être en permanence actualisés et réinventés. Sur ce territoire en pleine mutation et à la croissance rapide, l’invention à l’œuvre dans les murs de l’école fait écho aux innovations architecturales et urbanistiques qui s’expérimentent au dehors. En 1982, l’école investit un bâtiment conçu par l’architecte Jean-Pierre Buffi.

L’ENSAPC participe à la rénovation de la pédagogie artistique en mettant en œuvre les notions essentielles de transversalité de l’enseignement et de dialogue entre les différents champs de la création. Des unités pédagogiques mixtes associant plasticien·ne·s et théoricien·ne·s sont créées pour appréhender la production contemporaine sous des éclairages multiples et complémentaires. Capable d’observer et de questionner le monde en pleine mutation, l’école se construit en un lieu de recherche et d’expérimentation, permettant l’émergence de nouvelles formes artistiques.

Quarante-cinq ans plus tard, l’ENSAPC continue d’inventer et de renouveler ce qui fait de l’école un espace hospitalier à l’expérimentation et la recherche artistiques. Nombreux sont les ancien·ne·s étudiant·e·s actif·ve·s à l’échelle nationale et internationale à avoir construit des trajectoires singulières dans les domaines des arts visuels, du cinéma, des arts de la scène, du design, de la littérature. Parmi eux·elles : Absalon, Dove Allouche, Laetitia Badaut-Haussmann, Bianca Bondi, Erwan Bouroullec, Pauline Curnier-Jardin, Latifa Echkach, Loris Gréaud, Michel Hazanavicius, Jean-Charles Hue, Bouchra Khalili, Flora Moscovici, Valérie Mrejen, Paul Maheke, Jean-Michel Othoniel, Erik Samakh ou Liv Schulman.